jeudi 9 juillet 2015

Le soleil des Scorta, Laurent Gaudé (2004)

    Voici un roman acheté il y aura bientôt quatre ans et lu seulement maintenant. Roman dont j'ai par ailleurs beaucoup entendu parlé depuis dix ans (?), depuis sa parution, quoi. Pourquoi ne pas l'avoir lu avant ? Question à laquelle je ne saurai apporter de réponse. Pourquoi maintenant ? Peut-être parce que je cherche à varier les oeuvres que je fais étudier aux 3e, et que je me suis demandé si celle-ci pouvait être intéressante. Concernant, le fait de l'étudier en classe, la réponse est non : trop difficile à lire pour mes "cul-terreux" pour le coup ! Ce qualificatif n'est choisi ni par hasard, ni pour dénigrer les élèves. C'est juste celui employé tout au long du roman pour désigner les habitants de Montepuccio.


    L'histoire s'étend sur un peu plus d'un siècle. Le roman débute en 1875 et se termine dans les années 1980. On suit donc les différentes générations de la famille Scorta, résidant le petit village de Montepuccio, dans la région des Pouilles au sud de l'Italie.

    Tout commence en 1875. Le bandit Luciano Mascalzone revient au village après avoir purgé une peine de plus de quinze ans. Il revient avec pour seule obsession de posséder Filomena Biscotti. Et ce, peu importe ce que cela lui en coûte. Il sait que la mort en sera la conséquence, que les villageois se vengeront. Chose faite. Ils le lapident. Mais avant de mourir, Luciano Mascalzone comprend une chose : ce n'est pas Filomena qu'il a possédée, mais sa soeur cadette, Immacolata. De ce viol nait Rocco. La jeune femme meurt peu de jours après. Afin d'échapper à la malveillance des habitants, le curé envoie Rocco dans un village voisin. Il sera recueilli par une famille de pêcheurs : les Scorta. Ainsi nait la lignée des Scorta Mascalzone. 

    Adulte, Rocco suit les traces de son père. Il terrorise, pille, tue les habitants. Et ce jusqu'à son mariage avec la Muette. De cette union, naissent trois enfants : Domenico, Giuseppe et Carmela. C'est leur histoire que le roman s'attache à raconter, plus précisément celle de la lignée de la soeur Carmela. 

     On traverse ainsi quasiment tout le XXeme siècle. De la naissance de ces trois enfants dans les années 1910, en passant par leur aventure avortée aux Etats-Unis à la fin des années 20, puis par le départ du mari de Carmela pour la guerre d'Espagne en 1936 la laissant seule avec ses deux fils, Elia et Donato, la fin de la 2nde guerre mondiale avec l'arrivée du père don Salvatore, le mariage d'Elia dans les années 60, le tremblement de terre en 1980, et enfin la procession de Sant'Elia, la fête patronale durant laquelle, Anna, la fille d'Elia, est mise au courant de toute l'histoire familiale. Une histoire riche et tragique.


Mon avis :

     Je ne connaissais Laurent Gaudé que de nom. Ce roman est une première plongée dans l'univers de cet auteur. Univers que je continuerai d'explorer. J'ai beaucoup aimé son écriture. Elle plonge le lecteur dans la sécheresse, l'aridité des terres du sud de l'Italie. Le soleil est présent, et j'avoue que de l'avoir lu dans ma chaise longue, sous un soleil de plomb, m'a permis de bien rentrer dans l'histoire. Le tragique de cette famille est par moments émouvant. Certains passages m'ont serré la gorge. Un roman que je recommande fortement.

Extrait :

"Il n'y a qu'au dernier jour de sa vie que l'on peut dire si l'on a été heureux, dit-il. Avant cela, il faut tenter de mener sa barque du mieux qu'on peut. Suis ton chemin, Elia. Et c'est tout.
-- Qui ne mène nulle part, murmura Elia qui pensait très fort à Maria.
-- Ça, c'est autre chose. C'est autre chose et si tu n'y remédies pas, tu seras coupable.
-- Coupable de quoi ? Maudit, oui !
-- Coupable, reprit don Salvatore, de n'avoir pas mené ta vie au plus haut point qu'elle pouvait atteindre. Oublie la chance. Oublie le sort. Et force-toi, Elia. Force-toi. Jusqu'au bout. Car pour l'heure, tu n'as rien fait." (p.174)

Le Soleil des Scorta, Laurent Gaudé
Ed. J'ai lu (2004), 249p.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire