lundi 6 avril 2015

Le Premier été, Anne Percin (2011)

https://litterama.files.wordpress.com/2013/12/anne-percin-31.jpg 

L'histoire :
   Deux soeurs, Catherine et Angélique, âgées d'environ 31 et 33 ans, vident la maison de leurs défunts grands-parents. A cette occasion, Catherine décide de révéler à sa soeur le terrible secret qui la dévore intérieurement depuis quinze longues années.
    Nous voici donc plongés au début des années 90. Les deux soeurs, très complices par leur peu d'écart d'âge (seulement 18 mois), vivent à Nancy. Chaque année, depuis leur plus tendre enfance, elles passent l'été  chez leurs grands-parents, dans la campagne vosgienne. Cet été-là, Catherine a seize ans, Angélique presque dix-huit. C'est l'âge des premiers émois amoureux.
   Tous les après-midi, elles vont à la piscine municipale avec les jeunes du village. Cet été-là, à la piscine, il y a aussi les "colons", ceux qui font partie de la colonie de vacances. Parmi eux, il y a Xavier, un grand roux, un peu frimeur, avec qui Angélique vivra un amour de vacances. Amour qui la fera délaisser sa soeur. Catherine ne s'impose pas, de toute façon, Xavier lui déplaît. Elle ne comprend vraiment pas ce que lui trouve sa soeur.
  Un après-midi, au lieu d'accompagner sa soeur à la piscine, elle part seule arpenter la campagne vosgienne en plein soleil. Elle emprunte une route qu'elle ne connaît pas et elle débouche sur une merveille. Un petit bijou de la nature. Une chose d'une beauté extraordinaire s'offre à elle seule, à son seul regard. Un garçon de son âge environ, allongé dans l'herbe, profite du soleil et de la fraîcheur de la rivière. Nu. Entièrement nu. Catherine n'en revient pas. Cachée derrière les hautes herbes, elle ne peut détourner le regard de ce bel Apollon.
   Quelques jours plus tard, le bel inconnu reparaît au village. Le coeur de la jeune fille bat la chamade. Elle est amoureuse. Elle ne le connaît pas, ne lui a jamais parlé, mais elle éprouve une très grande attirance à son égard. Une histoire d'amour aura bien lieu (mais je ne vais pas tout dévoiler), une belle histoire. Seulement, la jeune fille n'a encore aucune idée de qui est ce jeune homme. Lorsqu'elle le découvrira, la réalité sera tout autre. Sa vie basculera et l'empêchera de devenir une jeune femme "épanouie".

Mon avis :
   Un petit bijou de littérature jeunesse que je n'ai pas pu refermer avant de la fin ! J'ai vécu les aventures de Catherine à ses côtés. Peut-être que l'âge auquel elle raconte cet épisode a permis l'identification, puisque c'est sensiblement le même que le mien. En me plongeant au coeur des années 90 et de l'adolescence de Catherine, c'est ma propre adolescence que j'ai revisitée. On suit l'histoire au rythme des Rita Mitsouko avec "Marcia Baila", de Etienne Daho avec "Tomber pour la France", de la chanson "Forever Young". On  revit l'époque des "boums", du jus d'orange Tang, des OK ! Podium. Bref, un retour en arrière qui n'est pas pour déplaire.
   Catherine vit l'été de ses 16 ans accompagnée du roman de Alain-Fournier, Le Grand-Meaulnes, ce qui n'est sans doute pas un hasard. Il y a des similitudes entre le parcours de Catherine et celui de Meaulnes.
   Mais surtout c'est beau et violent à la fois. Beau, magique, digne du roman d'Alain-Fournier pour ce qui est de la découverte du bel Apollon dénudé au bord de la rivière. Ce n'est pas sans  rappeler l'épisode merveilleux de la fête au château vécu par Meaulnes. Violent, cruel, comme peuvent l'être les réactions humaines, surtout celles d'ados de 16 ans qui se retrouvent en groupe. Seize ans, c'est l'âge des apparences. On n'affirme pas encore vraiment qui on est, ce qu'on pense au plus profond de nous. On s'écrase pour faire comme les autres. Être accepté par eux, c'est ça le plus important. Quitte à le regretter ensuite. Pendant quinze ans. Et peut-être même jusqu'à la fin de sa vie. J'ai eu beaucoup de mal à ne pas verser quelques larmes une fois le livre refermé.

Anne Percin, Le Premier été (2011)
Ed. Rouergue (163p).

2 commentaires: