samedi 31 janvier 2015

La Décision, Isabelle Pandazopoulos (2013)




   Quand l'éditeur écrit que ce roman est "inlâchable", c'est vrai ! Là encore, ce roman jeunesse est une petite merveille qui m'a émue à plusieurs occasions ! Je l'ai lu en deux soirées, et, à chaque fois, les larmes me sont montées aux yeux ... Sans compter qu'à la fin, j'ai vraiment cru pleurer tellement c'est bouleversant ! Vous l'aurez compris, il s'agit là de mon deuxième coup de coeur de l'année. Moi qui suis exigeante en terme de littérature, je me surprends à avoir deux coups de coeur consécutifs, qui plus est pour de la littérature jeunesse.

    Louise Beaulieu est une élève sage et brillante de Terminale S. Le 20 octobre 2011, au lieu d'être dans la rue comme la majorité de ses camarades lycéens qui, depuis dix jours, manifestent " pour demander plus de justice sociale, le retrait pur et simple de la réforme des retraites, dix jours que les adultes répétaient outrés qu'ils n'avaient rien à faire là ", Louise est en cours de maths. C'est là que sa vie bascule. La jeune fille ne se sentant pas bien du tout, demande à sortir. Samuel, son camarade de classe tout aussi sérieux qu'elle (deux ans d'avance tout de même !), l'accompagne pour aller à l'infirmerie. Seulement, Louise n' pas le temps d'arriver jusque-là. Elle marche en se pliant en deux et file aux toilettes ... où elle accouche toute seule !  
   Choquée, elle s'évanouit. Faut dire qu'elle ne s'y attendait pas du tout. Tout comme son entourage. Louise n'avait pas pris de poids, ou si peu. De plus, elle affirme n'avoir jamais eu de relations sexuelles. C'est à n'y rien comprendre. Sa vie s'écroule. Ce bébé, elle n'en veut pas. Ce n'est pas le sien. Elle n'est pas sa mère. Elle va devoir prendre une décision.

   Un roman sur le déni de grossesse. Mais pas que. C'est aussi un roman sur l'insouciance de l'adolescence qui s'envole comme ça, sans crier gare, et qui transforme irrémédiablement une vie innocente. On découvre une jeune fille sérieuse, bonne élève, devenir mère à son insu. On suit chacune de ses pensées, de ses interrogations et incompréhensions. Et on ne peut qu'être ému. Cette façon de devenir adulte est si violente que la gorge se noue. On découvre aussi la violence que cette naissance inattendue produit sur les parents de Louise. La réaction de ses proches, à commencer par son petit groupe d'amis. Un malaise se crée. Seul Samuel, perturbé par cette histoire, va mener l'enquête. Il cherche à savoir ce qui est arrivé à Louise. Pourquoi ne se souvient-elle de rien ? Mais finalement, est-ce important de connaître la vérité ? Cela ne changera rien à la réalité, ne fera pas revenir Louise à sa vie d'avant. Le bébé est là. Et quoi qu'elle en dise, c'est le sien. C'est elle qui l'a mis au monde.
   A travers l'histoire de Louise, on découvre aussi l'histoire d'autres mères adolescentes rencontrées au centre dans lequel Louise se réfugie avec son petit Noé. Ces jeunes filles n'ont rien en commun avec Louise. C'est aussi cette diversité des personnages qui est intéressante. Cela permet de voir que cette "tragédie" (comment qualifier autrement le fait de devenir mère sans le savoir, sans le vouloir à presque 18 ans ?) n'arrive pas seulement aux "racailles", aux "filles de la rue" comme elles sont désignées dans le roman. Même une jeune fille de bonne famille, bien élevée, polie, peut y être confrontée.
  De plus, l'intérêt du roman réside dans la multiplicité des points de vue. L'histoire est racontée, au fil des chapitres, à travers différents narrateurs. Cela commence par Louise bien-sûr, mais aussi le proviseur du lycée, son ami Samuel, sa mère, son père, la psychologue... Bref, un roman vraiment bien construit permettant d'avoir un autre regard sur cette question du déni de grossesse et sur ces mères adolescentes.

   Pour conclure, une histoire émouvante, marquante, dérangeante, qui fait réfléchir... parce que Louise, ça peut-être n'importe qui. Ça peut être nous (ou en ce qui me concerne, ça aurait pu, mes 18 ans étant loin derrière moi maintenant ! ), ça peut-être une cousine, une soeur, une amie ...


La Décision, Isabelle Pandazopoulos
éd. Gallimard, Scripto (246 p.)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire