jeudi 27 février 2014

Au nom du roi, Annie Jay





     4 Février 1671. La fille de Mme de Sévigné part pour Grignan ; la marquise est effondrée. Elle arrive en larmes chez Mme de La Fayette. Camille Adam, jeune fille de compagnie de la comtesse, est présente.
   En même temps, dans une taverne parisienne, Exupère (Exu... quoi ?) discute avec son ami Lucas. Celui-ci a rendez-vous avec une magnifique princesse étrangère. Il a réuni toutes ses économies pour partir avec elle. Exupère tente de l'en dissuader. En vain. Depuis quelques temps, à Paris, des jeunes hommes riches disparaissent. Exupère ne sait pas que c'est la dernière fois qu'il voit son ami.
    Face à toutes ces disparitions, le jeune héros va aider son père, le policier Benoît Lecoq, à mener l'enquête. En même temps, Mme de Sévigné est inquiète. Elle vient tout juste de se séparer de sa fille chérie ; elle ne voudrait pas qu'il arrive quelque chose à son fils. Elle charge donc Exupère de le suivre. Le jeune homme croisera alors la route de La Fontaine, Boileau et Racine.

Mon avis :

   Annie Jay, auteur de romans historiques pour la jeunesse, nous plonge une fois de plus en plein coeur du 17e siècle.
    Elle part d'un fait divers qui serait survenu lors de cette période et s'inspire grandement d'un personnage réel dont elle aurait trouvé des renseignements dans les archives de Paris : Exupère Lecoq.
   Ce roman historique et policier est bien mené. Il permet d'entrevoir les balbutiements de la police telle qu'on la connaît actuellement, tout en nous plongeant dans la réalité sociale du siècle de Louis XIV. Surtout, son intérêt porte sur les personnages d'écrivains réels tels que Racine, La Fontaine, Mmes de Sévigné et La Fayette, entre autres.
    J'ai beaucoup aimé ce roman pour toutes les aventures relatées ; pour l'histoire d'amour naissante entre le jeune héros, Exupère, et la jeune fille de compagnie de Mme de La Fayette, Camille ; et aussi pour sa mise en scène des grands écrivains de l'époque.
   La fin est pleine de suspense, et n'a rien à envier aux faits divers actuels. Un bon moment de lecture.

Annie Jay, Au nom du roi (2006),
 coll. Livre de poche jeunesse, 214 pages.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire